accueil > émissions

Chronique d'Emmanuel

Chronique FAJET du 18/19 février 2017

• On ne peut pas dire que notre vie politique va bien dans notre société d’aujourd’hui, c’est le moins qu’on puisse dire ! Alors que l’on entre dans une nouvelle période électorale pour les présidentielles qui auront lieu en avril prochain, voici que de nouvelles « révélations » occupent à nouveau, la « une » de nos journaux et des bulletins d’information, alors qu’on s’attendait à entendre et à voir des émissions de débats ou d’exposition, des projets des candidats qui se présentent.

En publiant au mois de décembre 2016, il y a trois mois, un document d’une soixantaine de pages, intitulé « dans un monde qui change, retrouver le sens du politique », le Conseil permanent des Évêques de France tombe à pic, me semble-t-il. Avec ce titre évocateur qui diagnostique combien la vie politique de notre pays est malade, avec notamment, toutes ses affaires qui ne cessent de « renaître », donnant la part belle au bavardage médiatique, ils veulent ainsi, explique-t-il, prendre la parole parce qu’ils sont justement préoccupés de la situation du pays. Les Catholiques, parce qu’ils sont des citoyens à part entière au milieux de leurs contemporains, ne peuvent pas se désintéresser de ce qui touche à la vie en société, à la dignité et à l’avenir de l’homme. Par là même, avec ce document d’une approche facile à lire, ils s’adressent aussi, à tous les habitants du pays parce qu’il se trouve fragilisé et que c’est tous ensemble qu’il convient de nous atteler pour le « refonder ».

Il n’est pas possible, bien sûr, dans le cadre de cette chronique, d’aborder les nombreuses questions, toutes plus intéressantes les unes que les autres, qu’abordent ce petit document des Evêques de France. Notons-en cependant rapidement leur démarche : dans une première partie, on lira avec intérêt, les chapitres très courts, de 4 à 5 pages, qui donne un éclairage sur le pourquoi et comment « retrouver le sens du politique  aujourd’hui ». La vie en société est notre bien commun à tous et chacun à son niveau, doit s’en sentir responsable. Dans ces moments où notre avenir va se trouver engager de manière déterminante, il me semble aussi, important que chacun ose participer au débat concernant notre « vivre ensemble ». Quelques points de réflexion, en seconde partie du document, sur la solidarité, la démocratie dans une société de violence, l’Europe, ou encore l’écologie,, pourront nous y aider  grandement !

N’hésitons donc pas à nous procurer ce petit document pour débattre, et particulièrement, les plus jeunes générations ! Car ce sont elles qui ne représentent l’avenir de notre « vivre ensemble » ?

P. Emmanuel LEROUX.

 

 

(17/02/2017 - 15h17'40 - chroniq)
| More